Assurez moins cher ce qui vous est le plus cher

03.21.56.04.40

Les Comportements

bagarre motard

 

L'agressivité

Parmi tous les facteurs à l'origine des accidents de la route, le comportement du conducteur joue un rôle majeur. Et à cet égard, l'agressivité au volant est devenue un phénomène courant, un phénomène qui tend à se développer partout dans le monde.

Qu'est-ce que l'agressivité au volant ?
Un comportement au volant est agressif lorsqu'il est délibéré et qu'il est susceptible d'augmenter le risque de collision. Ce comportement est motivé par la gêne, l'impatience, l'hostilité et souvent par une tentative de gagner du temps.

Les formes de l'agressivité sont nombreuses :

  • appels de phares agressifs
  • gestes obscènes
  • suivre de près ou « talonner » un autre conducteur
  • empiéter sur le territoire de l'autre, ou sa position dans la file
  • dépasser par la bande d'arrêt d'urgence
  • bloquer les autres conducteurs par le stationnement en double file

L'agressivité est un phénomène aux multiples facettes dont les causes sont très diverses : d'ordre psychologique, social, biologique ou d'une combinaison de ces facteurs.

Si vous sentez que vous pouvez facilement vous énerver ou devenir agressif en voiture, quelques conseils :

  • évitez de conduire quand vous êtes fatigué, tendu ou stressé
  • planifiez votre temps de déplacement en fonction des bulletins de circulation
  • empruntez les routes les moins chargées
  • prévoyez une pause à mi-trajet
  • écoutez de la musique pour vous relaxer
  • conduisez sur la voie de droite, sauf pour dépasser.

Et si vous rencontrez un conducteur agressif, ne rentrez pas dans son jeu.

 

La dépression

La dépression est une maladie fréquente en France. Elle peut, en fonction de sa gravité et des médicaments prescrits, être incompatible avec la conduite automobile.

Qu'est-ce que la dépression ?
Il s'agit d'une vraie maladie. Elle affecte l'individu dans son ensemble et conduit à des troubles psychiques et physiques qui peuvent aussi avoir des répercussions sur l'entourage du malade et sur sa vie quotidienne.
Les dépressions peuvent se développer sournoisement et lentement. Mais elles peuvent aussi se manifester d'un instant à l'autre.
En France, la dépression concerne 15% de la population.

Les symptômes, psychiques et physiques, de la maladie sont souvent étroitement associés ou peuvent passer de l'un à l'autre. Les principaux symptômes :

  • humeur dépressive ou irritabilité
  • diminution de l'intérêt ou du plaisir pour toutes ou presque toutes les activités quotidiennes
  • perte ou prise de poids significatif en l'absence de régime
  • insomnie ou hypersomnie
  • agitation ou ralentissement psychomoteur
  • fatigue ou perte d'énergie
  • sentiment de dévalorisation ou de culpabilité
  • diminution de l'aptitude à penser ou à se concentrer, indécision
  • pensées de mort récurrentes, idées suicidaires, tentatives de suicide

Pour éviter l'aggravation de la maladie, et le recours aux services psychiatriques et aux hospitalisations, les médecins prescrivent de plus en plus de traitements adaptés. Mais ces médicaments ont des effets secondaires qui peuvent être dangereux pour la conduite automobile. Il faut dans ce cas, vous informer du délai à respecter avant de pouvoir prendre le volant.

 

Le preneur de riques

Au volant, certaines personnes changent complètement d'attitude. Notre manière de conduire est souvent influencée par notre psychologie. Et le volant agit comme un catalyseur.

Les différents profils de conducteurs :

  • En général, les hommes sont plus sûrs d'eux. Ils surestiment leurs capacités et au contraire sous-évaluent les dangers qui les entourent. Pour eux, la voiture est comme le prolongement de leur personnalité. Plus ils font ronfler le moteur, plus ils vont vite, et plus ils se sentent puissants.
  • Les femmes considèrent le plus souvent la voiture comme un objet fonctionnel. Elles font attention aux dangers et aux risques qu'elles prennent. La sécurité est pour elles un élément très important.
  • Le cadre est le conducteur le moins prudent. Habitué à l'avion et au train, en voiture, il veut aller aussi vite. Il utilise sa voiture comme un bureau. Il n'hésite pas à lire au volant et à passer ses coups de fil professionnels, ajoutant à sa conduite des risques importants.
  • Les fous du volant sont les conducteurs les plus dangereux. Ils n'hésitent pas, par goût du risque, à se mettre en infraction avec les règles de la route. Parmi eux les personnes alcooliques, les conducteurs sans permis et les amateurs de vitesse.
Les conséquences de la vitesse
Un accident mortel sur deux est dû à la vitesse. La vitesse augmente la violence des chocs. Elle accroît considérablement la gravité des blessures en cas d'accident. Le risque d'être gravement blessé ou tué lors d'un impact double entre 50 et 70 km/h. Il quadruple entre 50 et 100 km/h.
La vitesse réduit l'adhérence du véhicule.
La vitesse diminue le champ de vision. A 100 km/h le champ visuel est réduit de la moitié car le cerveau ne peut pas traiter toutes les informations qui lui parviennent. Il doit sélectionner.
La vitesse fatigue. Le conducteur doit traiter un grand nombre d'informations en un minimum de temps, il doit adapter sa vision en permanence. La vitesse induit ainsi un stress qui entraîne fatigue et perte de vigilance.

 (extraits des "conseils automobile" Allianz)

 

Devis gratuit

Souscription en ligne

Connexion - Réalisation: Artois WebDesign (Création de sites internet) - This page is XHTML 1.0 transitional valid